Parlons IST : Chlamydia Trachomatis

Parlons IST : Chlamydia Trachomatis

Parlons IST : Chlamydia Trachomatis.

Hello mes petites lunes, je suis ravie de vous retrouver comme tous les mardi (ou presque!) pour un nouvel article, comme vous le savez mon but est de vous éduquer. Et l’éducation du corps passe aussi par les infections sexuellement transmissibles. Ce n’est pas un sujet joyeux, mais il est important d’en parler, car la plupart des IST sont soignables, il suffit d’être au courant de ce que c’est, pourquoi & comment. Heureusement que copine Amal est là haha.

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de cette IST connue sous le nom de Chlamydia. Il est important de se protéger de ces infections sexuellement transmissibles, car non cela n’arrive pas qu’aux autres.

Des IST il y en a plusieurs, mais si j’ai décidé de commencer par vous parler de celle ci c’est parce qu’elle est en hausse depuis 2013 en Belgique et en France, on la retrouve de plus en plus, et elle n’est pas a prendre a la légère car elle peut avoir des conséquences dans la vie des personnes concernées. 

Je tiens à vous rappeler que le préservatif est le seul moyen de contraception qui peut vous protéger des IST : pilule, stérilet & toute contraception empêchent la grossesse mais en aucun cas de se retrouver face à une infection sexuellement transmissible.
 
Le plus important avec ces maladies est de savoir les reconnaitre donc parlons des symptômes :
La chlamydia est vicieuse. La plupart du temps elle est silencieuse, non tu n’as pas un vagin ou un pénis qui gonfle et qui devient rouge et qui va exploser comme tu peux t’imaginer.
La plupart du temps elle est silencieuse. Elle s’installe sans faire absolument aucun bruit.

 Mais chez certaines personnes, et plus généralement chez les propriétaires de vagin elle fait du bruit.

Quels sont les symptomes ?
 
  • Pertes vaginales inhabituelles, douleurs dans le bas-ventre et irritation de la vulve ➔ Attention, les pertes vaginales inhabituelles peuvent être dues à une flore vaginale déséquilibrée et/ou une mycose ou autre agression. Ne tirez pas des conclusions trop vite mais il est déjà super bien de reconnaître quand vos pertes se modifient.
    Je vous renvoie ici sur l’article qui parle des pertes blanches
  • Écoulement inhabituel au niveau du pénis et irritation du pénis
  • Douleur avec sensation d’uriner des lames de rasoir et saignements possibles
  • Douleur à la gorge et douleur anale (souvent avec écoulement de liquide)
  • Saignements en dehors de la période des règles et saignement anus.
Ce qui est important aussi c’est de savoir au bout de combien de temps elle se montre, car énormément de personnes ont un rapport non-protégé et le lendemain ça gratte un peu et ils pensent avoir une IST : c’est trop rapide pour les symptômes.
 
Quand ?
1 à 3 semaines après le rapport qui t’a contaminé. Pour ça je vous conseille d’avoir une application comme Clue pour savoir quand vous avez eu des rapports, avec qui ainsi vous savez compter. Il est probable que le médecin que vous allez consulter va vous poser cette question : A quand remonte votre dernier rapport à risque ?
 
Comment se dépister ?
Généralement c’est un frotti pour les filles que vous pouvez faire même seule dans les toilettes de votre médecin ou par votre gynécologue/sage-femme. Pour les hommes il s’agit d’un frotti au niveau du gland ou untest d’urine.


Quelles sont les complications si elle n’est pas traitée ?
  • Une infection de l’utérus et des trompes
  • Une infection des parties génitales ou anales et troubles urinaires pouvant causer la stérilité
La lymphogranulomatose vénérienne (LGV) est une infection provoquée par une bactérie de la famille des chlamydias. Elle apparaît le plus souvent sous forme de rectite (inflammation du rectum) chez les hommes qui ont des relations avec des hommes.
 

J’espère que cet article vous aura appris des choses et que vous allez savoir reconnaître les signaux d’alarmes pour une IST qui commence.

Si vous avez un doute n’hésitez pas à consulter une sage-femme et/ou un gynécologue.

N’oubliez pas que cela n’arrive pas qu’aux autres, et vous devez jamais être sure de l’autre sans avoir vu un test de dépistage.

Du coup les conseils de copine Amal sont : Ne pas oublier de mettre un préservatif si vous n’avez pas vu le test de dépistage négatif, si vous avez des symptômes ou des gros changements au niveau de l’appareil génital même si vous êtes en couple : aller chez le médecin.

xx

Amal

Laisser un commentaire